En difficulté ou en échec ?

Elève en échec

Agitation, fatigabilité

L’élève a trop de temps, il n’arrive pas à entrer dans la tâche ou y entre beaucoup trop vite. très vite dépassé, il souhaite que le cours se termine le plus tôt possible d’où un sentiment d’ennui.


Il ne sollicite pas d’aide car il ne parvient pas à s’évaluer, alors qu’il aurait besoin d’être guidé pas à pas.


Le groupe gêne l’élève qui ne sait pas en tirer parti ou l’élève gêne le groupe par un comportement difficile.

L’élève est soit intolérant à l’incertitude, soit indifférent car ne perçoit pas les enjeux du travail. La correction de ses erreurs n’améliore pas ses performances. Son incompréhension est souvent totale, ses travaux vides, illogiques ou complètement décentrés par rapport à la consigne. Il ne peut suivre qu’un apprentissage distribué. Le sens du travail scolaire n’est pas compris voire rejeté. Fonctionne en opposition binaire (vrai/faux ; bon/méchant ; bien/nul ; ...) qui gêne l’appréhension de la réalité bien plus complexe !

Les phrases sont partielles, tronquées. La lecture n’est souvent qu’un déchiffrement incompris.


Elève en difficulté

Comportement ordinaire

L’élève manque de temps, il en prend beaucoup pour entrer dans l’activité. Il est souvent perdu par le rythme de la leçon et peut rester accroché si l’enseignant s’adapte à lui. Il ressent souvent l’impression qu’il y a trop à assimiler en une séquence.


L’élève est gêné par l’imposition d’un schéma de pensée extérieure à ses connaissances, il sollicite de l’aide car il sait où se trouvent ses erreurs.


Le groupe peut aider l’élève à progresser et souvent l’élève est demandeur de ce type de façon de travailler.


L’élève est tolérant à l’incertitude, à la nouveauté, à la recherche. Il peut intégrer la correction de ses erreurs et améliorer peu à peu ses performances. Sa compréhension est souvent partielle. Le sens du travail scolaire est admis.


L’élève commet beaucoup de fautes (orthographe et syntaxe),  la graphie est mal contrôlée, la phrase a un sens.

La lecture est lente et l’élève comprend quelques informations lues.

© Frank MANGIN 2018